Bienvenue à Darney

NOTRE EAU

 

LES TRAVAUX VONT BON TRAIN 

1ERE RÉUNION DE CHANTIER 

CA Y EST, CA DÉMARRE

L ' ENTREPRISE BIENTÔT CHOISIE 

LE POINT AVEC VÉOLIA

DERNIERE RÉUNION AVANT DEMANDE DE SUBVENTION 

ÉTUDE DU SOL

FUTURE STATION DE TRAITEMENT DES EAUX: LE GÉOMÈTRE SUR PLACE

RESTITUTION DE L'ÉTUDE DIAGNOSTIC DE L'EAU

L'UNITÉ MOBILE DE TRAITEMENT EST EN PLACE

FUTURE STATION DE TRAITEMENT

 

LES TRAVAUX VONT BON TRAIN 

Grâce à une météo favorable, l'avancement des travaux est assez remarquable en ce début de chantier. Une nouvelle réunion s'est tenue sur site le mercredi 27 septembre et le maître d'oeuvre a pu constaté que tout se déroulait dans les temps. Une phase importante est programmée pour la semaine prochaine (coulage d'une dalle et d'une poutre) et les premiers essais d'étanchéité des bâches auront lieu début octobre. Pourvu, que rien ne vienne entraver ce bon début afin que tout soit définitivement réglé pour la fin de l'année. Lundi 9 octobre, une dalle de 17,5 m3 a été coulée nécessitant un peu plus de trois toupies de béton. Après quelques jours de séchage, favorisés par un bel ensoleillement, l'entreprise a commencé à y monter les murs de la future station de traitement.

                                                                                                                                

1ÈRE RÉUNION DE CHANTIER 

Une semaine après le démarrage des travaux s'est tenue jeudi 7 septembre 2017 la 1ère réunion de chantier en présence de M. le Maire et de ses adjoints. L'occasion de constater que tout se déroule comme prévu à un rythme soutenu. Le maître d'oeuvre, la société G2C Environnement a fait le point avec les  responsables des sociétés SOGEA EST et HOUILLON afin que rien ne vienne entraver la bonne marche de ce chantier tant attendu. Alors que des ouvriers s'activent au remblaiement de la profonde tranchée récemment ouverte pour le dévoiement de la conduite, la prochaine étape sera le terrassement du futur bâtiment. Rendez-vous est déjà pris pour la semaine prochaine.

                                                                                                         

 

CA Y EST, CA DÉMARRE

Enfin serait-on tenté de dire ! Après un an et demi de dossier, de réunions, de prélèvements, d'attente, de demandes, d'accords, d'appel d'offres.. l 'entreprise est à pied d'oeuvre pour démarrer l'important chantier de la future station de traitement des eaux. Dans un premier temps il s'agit  de dessoucher à l'endroit choisi pour la construction du bâtiment technique et de tailler dans une butte de terre. Puis il va falloir "dévoyer" la conduite actuelle qui alimente les habitants, c'est à dire en changer le tracé car passant dans le périmètre de la future construction. Il est  en effet évident que la station provisoire ne sera occultée qu'en dernier ressort, lorsque la nouvelle sera opérationnelle. La pose nécessaire d'une vanne impliquera de devoir fermer brièvement l'alimentation, ce mercredi 6 septembre vers 15 heures.

                                                       

L'ENTREPRISE BIENTÔT CHOISIE 

Suite à l'appel d'offres plusieurs entreprises ont soumissionné pour ce projet de l'ordre du 1/2 million d'euros. C'est le mardi 14 mars que la commission d'appel d'offres s'est réunie en mairie, en présence du Cabinet G2C pour l'ouverture des plis. Puis la société qui avait initié le projet est repartie avec les dossiers sous le bras pour les analyser et déterminer un classement du mieux-disant (70 % de la note provenant du technique et 30% du tarif pratiqué). La restitution est imminente et l'on connaîtra bientôt l'heureux élu.

LE POINT AVEC VEOLIA  

Lundi 16 janvier 2017 l'entreprise VEOLIA est venue en mairie faire le point de la situation en ce qui concerne la station de traitement provisoire, mise en place en février dernier et dont il convient de prévoir la prorogation du contrat de location. Au vu du planning actuel, nous sommes en phase d'attente du lancement d'appel d'offres, il ressort de plus en plus que cette station provisoire sera encore en service pour plus de 6 mois. Fort heureusement, il n'y a pas de signe de saturation du filtre, ce qui est de bonne augure car son remplacement coûterait aux environs de 35000 euros. Ceci en raison d'un taux d'arsenic, à l'arrivée, relativement bas. Mais les conditions météo actuelles font qu'il est tout à fait possible que la concentration reparte à la hausse. Dire que voilà déjà bientôt un an que la municipalité à engager le processus de construction d'une unité de traitement neuve...

 

DERNIÈRE RÉUNION AVANT DEMANDE DE SUBVENTION 

Mercredi 23 novembre le cabinet G2C et Mme JOLY, pour le département, sont venus en mairie pour finaliser le dossier avant demande de subvention. L'occasion pour M. GARNIER de rappeler les besoins de la commune (230 m3/j, voire 300m3 en situation de pointe) et les ressources (sources, forage et Monts Faucilles) de la commune. Puis de poursuivre sur les 4 phases de traitement prévues pour corriger cette eau peu minéralisée et corrosive avant d'évoquer les contraintes géotechniques. Le programme des opérations, respecté pour l'instant même si la municipalité aimerait faire accélérer les choses, et le coût de 532.000 euros HT  sont enfin évoqués avant que Mme Joly ne regrette de ne pouvoir donner les taux de subventions qui seront accordées l'an prochain. Et d'inciter la commune a en faire la demande dès maintenant afin que la commission puisse se prononcer en janvier 2017. En l'état actuel des choses on s'achemine vers la réalisation du cahier des charges qui sera remis aux entreprises qui soumissionneront dès le lancement de la procédure d'appel d'offres.

ÉTUDE DU SOL 

Les études se poursuivent en vue de l'implantation de la future station de traitement des eaux et un mois après le passage du géomètre c'est l'entreprise FONDASOL, de Ludres, qui était à pied d'oeuvre jeudi 13 octobre pour réaliser les études de sol. A l'aide d'une perforatrice montée sur chenillettes,les techniciens ont fait deux trous de 8 mètres de profondeur pour obtenir divers échantillons et surtout de nombreuses mesures. Tout cela dans un nuage de poussière rouge irrespirable. Il faudra patienter quelques semaines pour obtenir les conclusions des experts et pouvoir passer à la phase suivante du programme.

 

                                                                    

FUTURE STATION DE TRAITEMENT: LE GÉOMÈTRE SUR PLACE

Mercredi 7 septembre, un nouveau pas (enfin serait-on tenter de dire) vient d'être fait en prévision de l'implantation de la future station de traitement des eaux, définitive celle-la. En effet une géomètre de Maxéville est venue sur le site afin de procéder aux relevés topographiques nécessaires. La prochaine étape sera une analyse du terrain. L'organigramme actuel prévoit une consultation des entreprises vers la fin décembre et un début des travaux est envisagé pour la mi avril 2017. Mais la municipalité fait tout son possible pour accélérer, autant que faire se peut, le processus.

                                                                   

                                                                

                                                                                                                                                                                              

RESTITUTION DE L'ÉTUDE DIAGNOSTIC SUR L'EAU

Mardi 9 février 2016  le cabinet G2C est venu en mairie rendre la phase 3 de son étude diagnostic sur notre réseau d'alimentation en eau. D'abord un bref rappel des problématiques : insuffisance en volume de la ressource (depuis la fermeture du forage dont l'eau présente le plus fort taux d'arsenic), qualité de l'eau(gros problème d'arsenic et d'agressivité, temps de séjour élevé dans les secteurs surpressés), rendement faible du réseau (70 m3/j de fuites, sous-comptage dû aux vieux compteurs), couverture incendie, gestion du service.

L'objectif est donc de rendre l'eau des sources et du forage propres à la consommation humaine tout en élevant de manière significative le rendement du réseau. Pour cela l'étude s'est basée sur une hypothèse de travail de 300 m3/j de consommation avec des pointes à 20 m3/h. Cette seule station de traitement coûterait  près de 400.000 euros. Le département, financeur du projet, aimerait toutefois  savoir si une solution commune avec Relanges ne serait pas possible et plus avantageuse

M. DESVERNES, maire, en profite pour redire son désaccord avec cette injonction "brutale" qui contraint la commune à passer d'abord par un traitement provisoire et fort coûteux alors que l'étude touche à sa fin et qu'un délai de quelques mois aurait suffit, d'autant que les dernières analyses sont proches de la normale. Et surtout qu'une telle situation a eu lieu en 2012 et qu'il n'y a pas eu cette intransigeance !

M. GARNIER poursuit sa présentation en proposant des actions et des travaux à entreprendre pour améliorer les performances du réseau et renouveler les infrastructures (une grande partie du réseau a plus de 50 ans, il reste une quarantaine de branchements en plomb, beaucoup de compteurs ont plus de 15 ans et mériteraient d'être remplacés). 

 

L'UNITÉ MOBILE DE TRAITEMENT EST EN PLACE

Jeudi 11 février, l'entreprise VEOLIA a livré l'UMT (unité mobile de traitement) tant attendue afin de remédier dans l'urgence au problème  d'arsenic. En provenance de Mâcon, le container de 11 tonnes a nécessité l'intervention d'une grue puissante des établissements ROLLOT LEVAGE.  La semaine prochaine va être consacrée aux différents branchements nécessaires mais ce n'est que dans une quinzaine de jours que cet équipement deviendra enfin opérationnel après une ultime vérification par l'ARS (agence régionale de santé). 

La mise en service sera effective dès le 29 février, c'est à dire moins de 2 mois après la 1ère réunion de crise, et ce malgré l'ampleur de la tâche

                                           

                                                                                                                                                                                                             

La fin d'un feuilleton qui dure en fait depuis 2003, date à laquelle les normes concernant le taux d'arsenic ont été divisées par trois!

                          

 FUTURE STATION DE TRAITEMENT

Vendredi 4 mars la société G2C, représentée par sa directrice Mme RADER et par un technicien M. GARNIER, est venue rendre son étude concernant la future station de traitement  (définitive, celle là) de l'eau. Etude qui établissait une comparaison entre 3 solutions identifiées. Un ouvrage réhabilité à Darney, une station neuve à Darney et une station commune  pour Darney et Relanges . Furent évoqués les besoins et les ressources ainsi que la qualité de l'eau car l'arsenic est loin d'être le seul critère à prendre en compte, notre eau se trouve être légèrement acide, douce, peu minéralisée et agressive.

La 1ère solution se révèle inadaptée, l'ouvrage pressenti étant trop exigüe, l'option commune apparaît trop onéreuse, en raison notamment de la nécessité de poser 3000 m de tuyaux, la solution du bâtiment neuf à Darney semble le mieux répondre aux attentes. Cela impliquera la construction d'un bâtiment de 48 m²  sur le site de l'actuel château d'eau. Le traitement de l'arsenic, la neutralisation et la reminéralisation n'entraineraient pas de production de boue. 6 à 8 mois de travaux, dans le meilleur des cas, seraient nécessaires pour un coût total de 467.000 € HT. 

 

                                                     

                                                        photo du 11 mars (réception des travaux)